Combien de fois avez-vous vu cette scène ?

Un tremblement de terre survient ou encore un drame vient de se produire… Et ce que l’on n’imaginait pas arrive.

Les personnes présentes se parlent, elles s’entraident, se rassurent … Des personnes qui quelquefois véhiculent une véritable différence, de par leurs origines, leurs religions, leurs métiers. Quelque chose s’est passé. Elles ont été touchées, se découvrent et se rejoignent à travers leur vulnérabilité.

Dans un travail d’accompagnement en groupe, c’est également cette fameuse vulnérabilité qui est convoquée … et “encadrée”.

Ce qui est profondément agissant dans ces lieux c’est de la laisser affleurer. Oser dire ses peurs profondes et réexpérimenter le monde des autres, voir que l’on peut y déposer certaines de nos grandes blessures, sans se mettre en danger.

Chemin faisant, découvrir aussi que cette insécurité que nous avons emmenée avec nous depuis bien longtemps, ou cette humiliation qui a été la nôtre depuis l’enfance à moins que ce ne soit la coupure fondatrice que nous avons tant ressenti à travers l’abandon ou le manque d’amour, découvrir que ces peurs profondes sont actives, se réveillent et surtout que nous les utilisons incroyablement comme voie de réponse régulière.

Comme un premier pas pour disqualifier nos scénarios défensifs qui nous coupent du monde … et aller vers la vie.